Initiative de developpement de la geothermie aux Comores

Select This

Select solutions you want to learn more about and connect to the appropriate solution provider.

À travers cette initiative, le PNUD a pour ambition de soutenir les objectifs de transition énergétique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’Union des Comores dans le respect des engagements pris en 2015 lors de la COP21, dans le cadre des Contributions Prévues Déterminées au niveau National (CPDN), et avant cela, dans le Manifeste d’Itsandra, signé en 2011 par le Gouvernement des Comores et le Système des Nations Unies.

Gender Equality , Affordable and Clean Energy , Climate Action , Partnerships for the Goals

Le secteur énergétique connait des problèmes conjoncturels mais surtout structurels liés à la taille des petites îles qui forment le pays. L'insularité pose des contraintes structurelles d’échelle majeures pour la production d’énergie électrique, le marché n’est pas attractif pour les investisseurs.

La facture énergétique nationale est difficile à assumer par l’économie nationale. Le prix de revient de l’électricité thermique produite avec les hydrocarbures est très élevé, de l’ordre de 0,8 US$ le Kwh.

Une forte dépendance à l’égard de la biomasse, à 66%, notamment en ce qui concerne les consommations des ménages et des distilleries d’ylang et des hydrocarbures à 34%, a des conséquences négatives comme la déforestation.

Les multiples tentatives réalisées, depuis plus de 20 ans, pour venir à bout du problème, ont toutes échoué. Elles ont toutes été des solutions basées sur des générateurs diesel. Or ce choix est l’un des facteurs même du problème.

Les autorités comoriennes ont acté un accord de principe avec la Nouvelle Zélande et le PNUD, portant sur le développement de l’exploitation de l’énergie géothermique du volcan Karthala, qui culmine à 2361 mètres d’altitude. Le PNUD Comores assure ainsi le suivi de ce programme et sa coordination aussi bien administrative que technique avec les institutions nationales en charge et les partenaires du programme.
La collaboration technique entre le PNUD, la Nouvelle Zélande et le Gouvernement des Comores a permis de mobiliser l’expertise nécessaire et des financements de plus de 20 millions de dollars pour mener à bien toutes les études nécessaires pour réaliser la première phase du programme, et entamer la deuxième phase de forages exploratoires.
Un co-financement obtenu auprès du GRMF (Geothermal Risk Mitigation Facility) de l’Union Africaine, combiné à ceux de la Nouvelle-Zélande et du PNUD, ont permis de réaliser la première phase du programme, qui consistait à mener des études de surface et exploratoires. Ainsi, des équipes conjointes d’experts néozélandais et comoriens du Bureau Géologique des Comores (BGC) ont réalisé toutes les études techniques de terrain. Les résultats ont permis de définir les points où pourront être menés les forages exploratoires, afin de déterminer le potentiel de production réel, ainsi que les investissements nécessaires durant la phase de construction de la centrale géothermique. Une première mission d’exploration, menée par le partenaire technique de Nouvelle-Zélande (Jacobs) et le BGC, a permis de réaliser les explorations géologiques et géochimiques. Les premières conclusions et le rapport de cette mission ont indiqué la présence de ressources mais leur localisation précise et leur profondeur restaient à déterminer et constituaient les principaux objectifs des explorations géophysiques qui ont suivi en juillet 2015.
La campagne d'exploration géophysique pour le développement de la géothermie du Karthala menée à son sommet par des équipes mixtes BGC, et Jacobs associant GNS Science a duré un mois. L'objectif de cette campagne a été complètement atteint. Les 80 points de sondage MT (magnétotelluriques) ont été relevés ainsi que les 250 points de mesures gravimétriques, malgré l’environnement hostile Les traitements et la modélisation 3D, réalisés par Jacobs associé à GNS Science (Te Pū Ao) et CGG (anciennement Compagnie Générale de Géophysique-Veritas), ont donné le modèle de la structure du sous-sol avec un schéma d’étendue spatiale du réservoir, de sa profondeur et des structures associées.

Comoros , New Zealand

GEF et Union Africaine à travers le GRMF

Bureau Géologique des Comores (BGC)

Our Partners